Treviño, terre d'églises taillées dans le roc

Cette semaine je me concentre sur Castille et Léon. Mardi, nous entrons dans le parc naturel de Cañón Río Lobo et aujourd'hui le rendez-vous est avec Treviño, une ville et un comté dans lequel vous pouvez faire une promenade à travers l'histoire et la nature.

Depuis 1983, Treviño a un Ensemble artistique historique qui est considéré comme un bien d'intérêt culturel et dans lequel se distinguent palais, ermitages, ponts, fontaines et églises. Rencontrons la belle Treviño.

Treviño

 

Les terres où se trouve aujourd'hui Treviño sont habitées depuis des siècles parce qu'elles ont trouvé vestiges préhistoriques qu'ils en témoignent. La ville de Treviño a été fondée vers 1161 par le roi Sancho VI de Navarre, mais le roi de Castille Alfonso X l'a conquise un peu moins d'un siècle plus tard et la ville est passée sous la juridiction royale directe. Il devint un comté en 1453, ainsi remis à la famille Manrique de Lara y Castilla, à cette époque et aux duques de Jara.

Treviño fait partie aujourd'hui, avec La Puebla de Arganzón, la Enclave de Treviño, qui est à son tour situé dans la province d'Álava. Les deux municipalités forment quelque chose comme une île et depuis longtemps ils veulent se séparer de Castilla y León, dont ils sont géographiquement éloignés, et deviennent des Basques. En fait, Burgos est à une heure de route et Vitoria est à seulement 18 kilomètres. De toute évidence, Castilla y León ne veut rien savoir mais en 2013 une nouvelle étape a commencé avec une nouvelle tentative.

Treviño vit de l'élevage et de l'agriculture et commercialement parlant, il est lié à Vitoria.

Treviño: tourisme

Comme nous l'avons dit, la perle de Treviño est son patrimoine historique et artistique, mais nous pouvons y ajouter quelques perles naturelles. Commençons par le premier dont le cœur est le complexe urbain fondé en 1661. Le plan de la ville est médiéval et il y a des églises et des palais parmi lesquels le Palais des comtes de Treviño du XVIe siècle, aujourd'hui, il fonctionne comme hôtel de ville, et le Palais de la gauche du XVIIIe siècle.

Parmi eux, il y a rues étroites, jardins et petites places, en plus des églises comme le ermitage de San Juan Bautista ou la Paroisse de San Pedro Apóstol du XIIIe siècle. À l'intérieur de la paroisse, il y a une image de la Vierge Blanche, une sculpture du Christ du 1ème siècle et un beau retable churrigueresque. Il y a la messe le dimanche et les fêtes religieuses à XNUMX heure de l'après-midi et en juillet et août, les mois touristiques, il y a des heures spéciales pour les visiteurs organisées par la mairie elle-même.

A ces constructions s'ajoute un autre ermitage, celui de San Roque, le Fontaine du XVe siècle et l' pont de style gothique qui traverse la rivière Help. La ville de Treviño, et non le comté lui-même, est une ville construite sur le versant sud d'une colline qui a surtout un château médiéval avec une tour baroque et une église paroissiale, un site qui était autrefois un carrefour important.

Être tellement lié au Pays Basque la maison typique de Treviño est en grès et plus qu'un seul bâtiment, c'est un petit groupe de bâtiments, chacun avec sa propre fonction: bétail, paille, outils. Et si vous aiguisez les yeux, certaines de leurs maisons ont encore des parties d'adobe et de bois, très médiévales.

Mais au-delà du patrimoine historique, il existe des cartes postales naturelles que l'on peut connaître et qui se trouvent dans les environs. Sans avoir à se déplacer très loin, et toujours en voiture ou à vélo, on peut connaître d'autres villes, grottes et églises creusé dedans. Oui, par exemple, les appels Grottes sacrées de Treviño.

Ces grottes Ils sont dans les vallées de Treviño et de la montagne Alavesa. La rivière Ayuda et de nombreux ruisseaux traversent ici, formant une carte de falaises, de rochers et de ravins à travers lesquels il est facile de se perdre. Ont été comptés plus d'une centaine de grottes artificielles que les hommes ont fouillé pendant des siècles et parmi eux se trouvent cimetières et églises paléochrétiens, le plus ancien d'Euskal Herria, et cela peut être connu si l'on va explorer dans ces régions.

En explorant précisément, vous arrivez à certaines des villes voisines, chacune avec son propre petit charme. Par exemple, il y a la ville de Faïdo avec un chemin qui grimpe entre les buissons, celui qui nous emmène là où le Grottes de San Miguel et San Julián, à laquelle nous pouvons entrer, et de l'intérieur de laquelle une église creusée dans la roche peut être vue de l'autre côté du ravin. C'est le Église Notre-Dame de La Peña qui peut également être atteint par un chemin escarpé.

Autour il y a aussi le grottes de San Torcaria et de las Gobas, plus proche de la ville de Lano. Ici est concentré un bonne quantité de temples et de salles troglodytes, peut-être le plus grand de la péninsule ibérique, car le calcaire blanc a rendu le travail très facile. Ces églises avaient des autels, des sacristies et des arcs, mais après avoir vidé la montagne pendant des années, plutôt sa base, beaucoup ont fini par s'effondrer. Il y avait même des tombes dans le sol et c'était donc une vallée vraiment sainte.

Qui a fait ce beau travail? Eh bien, ce n'est pas connu avec certitude et il y a un certain halo de mystère Sur le thème. On sait que vers le XNUMXème siècle, des ermites et plus tard des communautés monastiques ou des familles paysannes sont arrivés dans la région, beaucoup d'entre eux se réfugiant auprès des musulmans. Mais tout comme ils ont tout sculpté, ils l'ont abandonné au XNUMXème siècle et sont allés fonder des villes, laissant un paysage semblable à un fromage troué avec quelques sites merveilleux, et d'autres dont on se demande encore aujourd'hui comment ils ont fait pour y arriver.

Enfin, si nous sommes en voiture, nous pouvons découvrir d'autres villes telles que Markinez avec ses grottes de San Salvador et son église creusée dans la roche, la chapelle rupestre de Santa Leocadia ou celle de San Juan. Il y a aussi la ville de Arluzéa où vous pouvez visiter l'ermitage de San Juan de Larrea, qui était un château, une petite forteresse mais toujours une forteresse, avec une tour, des murs et une citerne.

Et pour que nous puissions continuer notre chemin vers Saseta et Okina avec son canon. Pour savoir tout ça vous ne vous déplacerez pas plus de 20 kilomètres à travers une terre magnifique et désolée traversée par des ravins, des tours et des grottes. Il n'y a personne, bien qu'il y ait beaucoup d'histoire.

Voulez-vous réserver un guide?

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*